Vivien Edmont a marqué l’essai de l’espoir à la 73e minute.
Vivien Edmont a marqué l’essai de l’espoir à la 73e minute.
© Photo NR

En infériorité numérique une bonne partie du match, fébriles au plaquage, les Solognots ont logiquement subi la loi de Joué-lès-Tours

Pôle Sologne : 18
Joué : 29

Réduits plusieurs fois à 13, les rugbymen solognots ont à nouveau cédé devant une équipe rapide, qui vaut surtout par ses trois quarts. Trop souvent à la faute, Capdevielle et ses coéquipiers ont donc largement facilité la tâche de leurs adversaires.
Dès l’entame on pouvait cibler les points forts des Jocondiens et les faiblesses solognotes. L’essai marqué dès la 7e minute par Trehet démontrait que la cavalerie légère des jaunes et bleus allait être difficile à maîtriser. « C’est à chaque match pareil, on ne plaque pas assez ou mal et ça se paye cash devant ce genre d’équipe. On n’évolue pas de match en match », rappelle Grégory Ronceret.

Une bonne entame

Pourtant, dans un premier temps, grâce à deux pénalités de Vivien Edmont, le pôle allait prendre les commandes et faire jeu égal par la suite. Hélas, le renvoi de Daguenet et Dhammrath sur le banc pour dix minutes, allait diminuer les capacités solognotes.
Juste avant la pause, Joué allait profiter de sa supériorité numérique pour reprendre les devants (10-6). C’est le score à la mi-temps et les deux essais marqués rapidement dès la reprise par Touchet et Varaillon plombaient un peu plus la belle résistance des locaux. Le score est passé à 24-6 en faveur des visiteurs et on se demandait si le XV solognot n’était pas parti pour une nouvelle raclée.

« On se complique la vie »

D’une façon souvent désordonnée, certes, le pôle Sologne allait enfin montrer qu’il pouvait faire mieux que subir. Percebois profitait du travail d’un paquet – qui aurait dû être plus utilisé – pour venir en fin de mouvement redonner des couleurs à son équipe. Le score repassait à 16-24, alors qu’il restait plus de vingt minutes à jouer. « On veut faire des belles choses qui ne servent à rien, plutôt que de jouer simple, on se complique la vie », regrettaient les entraîneurs solognots.
Alors qu’ils se retrouvaient encore en infériorité numérique, les Solognots allaient encaisser un nouvel essai qui venait un peu plus compliquer le travail entrepris. Puisque le score était de 1 -29, le seul espoir était d’empocher le point du bonus défensif. L’essai marqué par Vivien Edmont (73e) allait entretenir cet espoir, mais c’était un peu tard pour une équipe bien trop souvent dans l’à-peu-près.

Mi-temps : 6-10.
Pôle Sologne : 2 E, Percebois (58e), Edmont (73e), 2 P (20e, 29e) 1 (59e) Edmont.
Joué : 5 E, Trehet (7e), Touchet (40e + 2), Varaillon (47e), Sancho (51e), Laporte (67e), 2 T (48e, 52e) Gibert.